Du iaïdo

Un livre : iaïdô, l’Art vivant du sabre japonais

Musō jikiden Eïshin ryû iaïdō

Le iaïdô, c’est d’abord couper en dégainant. Ce geste, qui s’effectue d’ordinaire en deux phases (dégainer, couper), permet de gagner un temps infime mais vital pour contenir une attaque. La technique devient une tactique visant à prévenir une offensive, une voie stratégique de l’anticipation qu’il nous appartient d’orienter vers la norme, la folie ou la sagesse.

La vocation martiale du sabre n’est aujourd’hui plus de mise ; n’étant plus limité par une visée pragmatique, le iaïdô s’ouvre au questionnement infini de l’art zen. L’entraînement n’a guère d’autre objet que son vécu ; l’activité est poursuivie pour la qualité de l’expérience qui se manifeste à travers le perfectionnement du geste.

Le iaïdô se pratique avec un véritable sabre dont le tranchant sans égal interdit toute reprise. Les capacités exceptionnelles d’attention développées par l’exercice nous ouvrent à la situation en puissance, de sorte qu’une perspective toujours renouvelée s’offre à nous. L’efficience est donnée de surcroît.

 

Un traité technique, théorique, éthique et esthétique, avec plus de 500 photos originales ; une approche transculturelle à partir d’une expérience distanciée, questionnant un art de vivre en forme d’art martial. Un ouvrage de référence.

Philippe Sabatier : kyôshi 7e dan de iaïdô, élève d’Esaka H. Seigen, hanshi 10e dan. Préparateur mental (master), coach-médiateur de cadres et dirigeants. Membre du Réseau Asie.

Fiche technique

  • Auto-édition
  • ISBN : 9782746655027
  • Pages : 210
  • Reliure : dos carré collé PUR à couverture souple
  • Impression intérieure : noir & blanc sur papier couché satiné
  • Poids : 0,8 kg
  • Dimensions : 21 (largeur) x 29,7 (hauteur)

 

Coût : 29,90 + frais de port : 10 € (France métropolitaine). Total : 39,90 €
Commande à partir du ‘Formulaire de contact’
Paiement par chèque ou virement bancaire.

Sommaire

  • Introduction
  • Première partie
    • Questions d’efficacité
    • Retour aux sources
    • Histoire d’ambiance / Paroles de samouraïs
    • Muso jikiden Eïshin ryû seito
    • Lignage des sôke, héritiers et garants de l’école /Que dire d’un lignage martial ?
    • Le katana : le sabre japonais
    • Le dojo : le lieu (jo) de la Voie (do)
    • Reishiki : l’étiquette
    • Bases de l’entraînement
    • Shin-gi-tai : coeur-technique-corps / Kamae : les gardes / Kirioroshi : les principales coupes de l’école Eïshin / Shisei : l’attitude juste / Te no uchi : la tenue de la poignée / Ashi sabaki : les déplacements de pieds / Kokyu : la respiration / Ki ken tai no ichi : l’unité de l’énergie, du sabre et du corps
    • Perfectionnement
    • Sen : l’initiative / Yomi : l’anticipation / Hyôshi : la cadence, le rythme / Kiryoku : la vigueur, la vitalité / Jo-Ha-Kyû : la fonction rythmique
  • Deuxième partie
    • Les kata
    • Composition / Description / Nomenclature des kata et type d’initiative correspondante / Progression
    • Batto ho : kata d’initiation
    • Tachi waza no bu : techniques debout
    • Seiza no bu : techniques à genoux
    • Tate hiza no bu : techniques à demi-assis
  • Troisième partie
    • Chemin faisant, la saveur du iaïdô
    • Aperçu culturel / L’initiation / L’apprentissage / L’enseignement / Quand l’expérience se fait Savoir
    • La philosophie japonaise de la relation – La place du sujet
    • Du même à l’autre / La question du sujet / Le regard phénoménologique / Quand le Nous précède le Je / Une culture du milieu / Le kata : un processus de socialisation / Pour résumer
  • L’auteur
  • Annexes
  • Glossaire / Bibliographie / Crédits photographiques

 

image_print

Comments are closed.