Avant le qui, avant le quoi, il y a un où, qui est entre, qui est le entre (H. Maldiney).

 

1952-1967. Naissance en Algérie. Jeunesse au Cameroun, en France et au Venezuela – la différence au cœur de l’identité.

1968. Ouverture parisienne à l’irruption sociale du devenir. Rencontre avec la philosophie hellénistique – l’épochè, la suspension du jugement. Contre-culture : Fantasio d’Amsterdam, festivals de Biot et de l’île de Wight – prendre l’air du temps.

1971. Service national comme radiotélégraphiste embarqué (Marine) / l’ennui salutaire : expérience du silence intérieur à la lecture du libre penseur J. Krishnamurti.

 1973-2003+. Pratique des arts chevaleresques sino-japonais et de la méditation ; étude des pensers d’Asie orientale – l’engagement à l’épreuve.

1974. Première expérience de vie conjugale – l’absolument autre. Travail en psychiatrie – le souci de l’autre de moi / de l’autre que moi.

1977. Enseignement du français langue étrangère (France : réfugiés d’Asie du Sud-Est, immigrés d’Afriques ; Corée du Sud : étudiants, cadres supérieurs) – la didactique créative. Passage du carnet de voyage à l’ethnologie – l’école des malentendus.

1981. Formation d’acteur-mime (deux ans à temps plein) – de l’impression à l’expression corporelle.

Depuis 1985. Coaching-médiation et développement par les compétences, de l’ingénierie à la recherche clinique : 5 000 personnes accompagnées dans leur évolution socio-professionnelle (majoritairement cadres et dirigeants) – l’expérience critique de l’expérience.

1990-1995+. Accompagnement de personnes en fin de vie, des familles, de personnels de soins palliatifs – consentir aux limites.

2002. 7e dan de iaïdô au Japon – du réel au possible, écrire : iaïdô, l’art vivant du sabre japonais, ouvrage édité en 2013.

Depuis 2005. Conférences, articles, ateliers sur l’exercice des métiers du changement psychosocial, l’efficience, le vécu des arts zen, la pratique phénoménologique… selon des modes d’attention qui nous invitent à exister dans l’ouvert de chaque situation, sans être davantage du côté du sujet que de l’objet, mais dans la relation qui les constitue.

image_print