Courants d’ère

image_print

La place du coaching

Que soit visée la performance (atteindre un objectif précis), la croissance (potentiel à exprimer, autonomie), la maintenance (garder le cap, continuer), la stratégie (anticiper, innover) ou la résolution d'un problème - professionnel ou personnel, on entre dans le coaching pour changer quelque chose, ce qui est signe de vivacité.   Lire la suite

La question du sujet

Qu'ils soient confondus ou distingués, individu (catégorie comptable ou identitaire) et sujet (singulier) sont des termes si familiers qu'ils apparaissent souvent d'une évidence qui ne pose guère question. Or c'est en partie parce que ces notions sont culturellement marquées qu'elles passent inaperçues. C'est pourquoi je propose...   Lire la suite

La bonne distance

Face aux attentes du « sujet en crise », le coach s'inscrit dans l'altérité. La crise n'est pas pour lui. La bonne distance du coach ressortirait de sa disponibilité (pour accueillir), de sa créativité (pour ouvrir), dans l'intervalle de cette co-présence constitutive de soi ?   Lire la suite

De la cohérence du coach

À travers les multiples sources dont se nourrit le coach, celui-ci doit trouver sa cohérence entre ce qu'il éprouve, ce qu'il pense, dit et fait de sa "co-errance". Cette congruence l'assure d'une certaine crédibilité en même temps que d'une aisance certaine, susceptible d'ailleurs d'y "inviter" le client dans l'épreuve de   Lire la suite

Stratégies culturelles d’efficacité

Mon objet n'est pas de comparer [2] mais d'inviter à penser cet aspect de la stratégie qu'est l'efficacité, telle qu'elle est réfléchie par l'Asie orientale, pour en tirer parti. L'efficacité est, communément, à entendre comme la capacité à produire le minimum d'effort ou de dépense pour un maximum d'effet.   Lire la suite